Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

Jimbaran pour finir en beauté

On a visité la péninsule de Bukit, au Sud de Jimbaran à Bali.

Vacances de mi-parcours à Bali avec Marie-Céline et Christian, les parents de Gaëlle, acte III ! On ne change pas une équipe qui gagne et pour finir en beauté, on part à la conquête de la péninsule de Bukit au Sud de Bali avec Jimbaran comme point de chute. On vous emmène pour une nouvelle virée en scooter au pays des surfeurs, les vrais de vrais !

Retrouvez notre bilan et notre vidéo de l’Indonésie ici.

Jimbaran

De la bonne cam’

Lors de notre séjour spécial snorkeling à Amed, notre chère et tendre caméra embarquée a bu la tasse et l’eau salée lui a été fatale. L’épreuve a été très dure pour nous et on a mis du temps à faire notre deuil. Du coup, quand on est arrivés à Jimbaran, on a été faire un saut à Kuta, paradis de la mondialisation et du touriste avide de shopping. Et là, on a craqué notre slip ! On acheté la GroPro Hero 5 Black armée d’un écran tactile et d’une coque étanche sans caisson. La Rolls Royce, le nec plus ultra de la caméra embarquée est désormais en notre possession, treeemble Luc Besson !

Jimbaran, village de pêcheurs

Jimbaran, c’est un village de pêcheurs situé à 3 km au Sud de l’aéroport international de Bali. Et comme la fin des vacances est proche (nooooon) on s’est dit que ça serait l’idéal pour explorer la péninsule de Bukit, à la pointe Sud de Bali. La plage est jolie avec une partie remplie de bateaux et une autre propice à la baignade. Les restaurants du coin proposent tous des poissons et crustacés fraîchement arrivés du marché, à 1 km au Nord. Les prix sont assez élevés mais négociables.

Jimbaran

Bankrut shopping

La première journée dans le secteur consiste à aller dévaliser le marché de Kuta afin de remplir les valises de Marie-Céline et Christian au maximum avant qu’ils ne rentrent en France. Bon, le lieu étant très, très, (très, très) touristique, le harcèlement des passants par les vendeurs est de rigueur alors il faut s’armer de patience pour chaque négociation. Attention, certains ont particulièrement les crocs et proposent parfois des prix indécents. On pense à ce vendeur qui nous demande 850 000 IDR, soit 60 € pour une palette de maquillage et un short pour enfant. Une négociation et 10 minutes plus tard on repart avec les deux articles pour 120 000 IDR soit 8 €. Ne pas hésiter à taper bas, quand ils disent “bankrut” c’est que c’est trop bas !

Jimbaran

Les pieds dans le sable

On termine cette journée les pieds dans le sable, dans l’un des petits restaurants de bord de plage de Jimbaran. Ils proposent tous la même formule à savoir poissons et fruits de mer au barbecue à un très bon prix. Tout ça éclairés à la bougie, bercés par le bruit des vagues et la mini troupe de musicos du coin qui peuvent chanter Aline (pour qu’elle revienne) et pratiquement tous les titres que vous leur proposerez. Pour trouver ces petits restaurants ouverts uniquement le soir, il faut longer la plage en direction du Sud.

Jimbaran

Sea, surf & scoot

Pour notre journée en scooter sur la péninsule de Bukit, le plan est simple : faire la tournée des belles plages, trouver un spot de surf accessible à nos petites jambes toutes frêles de débutants, se faire un dernier massage, aller voir le coucher de soleil depuis le temple d’Uluwatu qui domine les falaises à l’extrême Sud de Bali et rentrer flanquer nos pieds dans le sable, sous une table garnie de poissons et fruits de mer grillés en buvant une bonne Bintang bien fraîche, la bière locale.

Mais ça, c’était avant !

C’était avant que le patron de notre hôtel nous annonce qu’il ne reste plus qu’un seul des deux scooters réservés la veille et que son prix vient d’augmenter, par magie ou par lui-même. Qui sait !

C’était avant qu’on tourne pendant une heure sans trouver de loueur de scooter, en Asie. Allo, le Guinness ?

C’était avant de tourner en rond dans toute la péninsule de Bukit pour trouver la plage de Dreamland qui n’est pas à l’endroit indiqué par le panneau mais beaucoup plus loin, là où il n’y a pas de panneau. Finalement une plage réservée aux surfeurs débutants  où il n’y avait pas de surfeurs. Ni de planches. Ni assez de vagues.

Jimbaran

Jimbaran

C’était avant de se faire arrêter par la police sur le bas côté, en mode “papiers Siouplai !” et de devoir négocier le bakchich à 200 000 IDR (13,70 €) au lieu de 400 000 IDR (27,50 €) pour éviter le tribunal à Christian et Marie-Céline qui n’ont pas de permis international, comme la plupart des touristes de passage à Bali. Flic en Asie, un métier d’avenir !

C’était avant que Christian ne sature du scooter en Asie. Définitivement, il préfère les quatre roues !

C’était avant qu’on découvre que notre restaurant n’a plus de Bintang, que de la Bali Hai, l’autre bière Balinaise faite à Amsterdam et importée depuis Berlin. Malheur quand tu nous tiens …

Bref, c’était avant quoi !

Point break à Uluwatu

Malgré tous ces événements, on a quand même passé une super dernière journée où les parents ont goûté aux quelques joies des aléas du voyage au feeling avec en point d’orgue la séance bakchich chez les keufs. On a vu le temple d’Uluwatu, pas incontournable en lui-même mais la vue sur les falaises et l’horizon qu’il surplombe envoient du très lourd et elle vaut le voyage à elle seule.

Jimbaran

Jimbaran

Méfiez-vous des singes pickpocket surentrainés. On y a échappé mais les nombreuses mises en garde laissent deviner que certains sont repartis “à poil” ou presque.

La plage d’Uluwatu se trouve en bas des falaises et est accessible à marée basse par des escaliers. Elle est mondialement réputée pour ses immenses vagues et sa difficulté en matière de surf. À marée haute, alors qu’on ne voit plus la plage, les mecs s’élancent avec leur planche directement depuis les escaliers. Une seule erreur, bonjour la falaise et adieu veaux, vaches, cochons … Il y a aussi la plage de Padang Padang, un peu plus loin, qui est également réservée à l’élite des surfeurs.

Jimbaran

Clap de fin !

Toutes les bonnes choses ont une fin et on passe notre dernière matinée tous les quatre à la plage puis au resto. Le prochain stop est Jakarta et la France pour eux, la Nouvelle-Zélande pour nous. Marie-Céline et Christian sont venus pour la première fois en Asie en mode “faites comme d’hab’ on vous suit” et nous ont vraiment bluffés sur ce coup-là, eux qui sont plutôt habitués aux vacances all inclusive.

Pendant nos 12 jours de folies, rien n’était pareil où qu’on aille à Bali, en restant hors des zones très touristiques bien sûr. L’île propose un panel très varié d’activités, les balinais ont toujours le sourire et savent accueillir ! Donc allez à Bali et en famille, c’est encore mieux. 😉

Jimbaran

À dans 5 mois les parents, ou plus tôt si vous gagnez au loto ! 😉

Marchez sur nos pas !

1 € = 14 422 roupies indonésiennes (IDR)

Où dormir :

  • Zen Rooms Denays House : 269 000 IDR (18,50 €) la chambre double avec petit déjeuner. Propre, bien situé et bon personnel avec un petit déjeuner différent chaque matin.
  • Où dormir, près de l’aéroport international de Jakarta : On a réservé à l’hôtel Zen Rooms Tangerang pour 183 700 IDR (13 €) la chambre double, dans un endroit qui s’appelle Aeropolis. C’est une mini ville avec des hôtels, des magasins, des supermarchés et tout ce qu’il faut pour une escale ou un vol très tôt le matin, à moins de 5 km de l’aéroport. L’hôtel n’a rien de sexy et sent le renfermé (#cafardde10cm) mais il est très pratique pour passer la nuit avant de décoller le lendemain.

Où manger à Jimbaran :

  • Bloem’s Waroeng : Super petit restaurant tenu par le président de l’association des chefs Indonésiens. Très bon et pas cher !
  • Andhi Warung : Sur la plage, très bon et pas trop cher pour le cadre.
  • Ramayana : L’un des petits restaurants sur la plage, idéal pour le dîner

Tarifs des visites :

  • Pura Uluwatu : 30 000 IDR/p (2 €) l’entrée. 2000 IDR/scooter (0,13 €) le parking.
  • Parking Dreamland : 5000 IDR/scooter (0,34 €).

Tarifs des transports :

  • Taxi Candidasa – Jimbaran : 300 000 IDR (20,50 €), 1h30.
  • Uber Jimbaran – Kuta : 27 500 IDR (1,90 €), 15 minutes. Même trajet 50 000 IDR (3,50 €) en taxi normal.
  • Uber Jimbaran – Aéroport international : 20 000 IDR (1,40 €).
  • Scooter à la journée : 50 000 IDR (3,50 €). 10 000/L d’essence (0,70 €).

Retrouvez notre bilan et notre vidéo de l’Indonésie ici.

Vous avez des questions, d’autres informations, une expérience dans le domaine ou juste besoin de parler ?

N’hésitez pas à commenter ! 😉

Commentaires

4 Commentaires
  1. Publié par
    Nat
    Juil 1, 2018 Reply

    Merci pour tous vos articles et tips sur Bali .. on a beaucoup aimé vous lire pendant nos 2 semaines sur cette belle île. On s’est retrouvé dans certains de vos
    Commentaires

    • Publié par
      Gaëlle & Maxime
      Juil 2, 2018 Reply

      Salut,

      On est contents de savoir que nos tips sont toujours d’actualité ! 😉

      Merci à vous de nous avoir lu, à bientôt !

  2. Publié par
    Gilles
    Mai 4, 2017 Reply

    Franchement faire la pub de jimbaran à bali je trouve ça limite. 5 à 20 fois le prix d’un repas normal. Sans parler de Kuta qui n’est absolument pas représentatif de la merveilleuse bali. Insister svp sur l’authenticité du reste de l’île. Des bises les amis voyageurs

    • Publié par
      Gaëlle & Maxime
      Mai 5, 2017 Reply

      On y a trouvé des prix tout à fait corrects et même parfois moins cher. On ne fait pas la pub de Jimbaran mais c’est un point de chute idéal pour visiter la péninsule de Bukit. Kuta on y est passés juste pour le marché, on précise dans notre premier article sur Bali https://www.universlemonde.com/ubud/ pourquoi il ne faut pas y aller ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Universlemonde Universlemonde
Menu