Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

PVT Nouvelle-Zélande : Mon premier Workaway

C’est pas parce qu’on est en Nouvelle-Zélande qu’on fait un Workaway et c’est pas parce qu’on fait un Workaway qu’on est en Nouvelle-Zélande mais moi je fais un Workaway parce que je suis en Nouvelle-Zélande. Ça paraît logique, non ?

Si l’un des mots du titre ou de la première phrase vous est étranger, c’est parce que c’est un mot anglais (#jaimelhumour). En fait, c’est surtout parce qu’on ne l’entend pas tous les 4 matins en allant acheter son pain – qu’on devrait acheter plus régulièrement du coup – et si vous vous demandez encore de quel mot je parle, allez voir Jean-Pierre Google, c’est un ami.

Cliquez sur le lien en fin de phrase pour savoir comment c’est trop facile d’obtenir son visa pour un PVT en Nouvelle-Zélande.

Cliquez en fin de phrase pour savoir comment ouvrir un compte en banque et trouver du travail en N-Z.

Pour vous inscrire sur le site de Workaway, cliquez ici. 

Le Workaway, c’est quoi ?

En fait, laissez tomber Google, c’est plus ce que c’était. Je vais m’occuper d’éclairer votre lanterne. Workaway, c’est le principe de faire un volontariat chez des particuliers qui demandent de l’aide pour des tâches quotidiennes ou ponctuelles à effectuer chez eux. En échange de quelques heures de travail par jour – sauf le week-end -, vous êtes nourri et logé – même le week-end. Il se peut que certains hôtes payent mais c’est rare et toujours stipulé dans l’annonce.

S’inscrire sur Workaway

Le site est en anglais, mais ne vous inquiétez pas, y’aura pas de dissertation et on ramasse pas les copies. Nom, prénom, matricule, lieu de naissance, nombre de médailles gagnées aux J.O. etc… Un formulaire basique quoi ! On complète aussi son profil pour que les futurs hébergeurs sachent qui on est en clin d’œil : T’es en couple, t’es pas en couple, tu fumes, tu fumes pas, t’es épilée, t’es pas épilée, t’as des copines, t’as pas de copines etc…

Workaway

L’inscription est très simple mais elle est payante. Parce que tout le monde doit gagner sa vie, même quand on s’appelle Jean-Mouloud Workaway et qu’on créé des sites pour faire du volontariat. Et comme la vie c’est pas du kiwi, l’inscription sur Workaway coûte 34 €/an pour une personne ou 44 €/an pour un couple ou deux amis.

Workaway, Helpx ou Wwoofing ?

Le Helpx repose sur le même principe que le Workaway mais en moins cher (20 euros les 2 ans pour une personne seule). J’ai choisi Workaway car les annonces sont plus nombreuses, l’interface du site est beaucoup mieux fait et plus agréable à parcourir.

Le Wwoofing repose également sur le même principe mais ne concerne que les fermes biologiques. Je ne parlerai pas plus en détails de Wwoofing ou Helpx car je ne les ai jamais testés.

Les 3 sont disponibles dans beaucoup de pays du monde entier, à vous de faire vos recherches et vos comparatifs.

Mon Workiwi à Christchurch

Un Workiwi, c’est un Workaway chez les kiwis, ça vous plaît ? J’avoue être plutôt en forme niveau jeux de mot/calembours. J’ai postulé chez Carambar, ils m’ont recalé. “Votre humour est trop fin pour nos clients qui eux le sont beaucoup moins” qu’ils ont dit ! Mais on n’est pas là pour refaire mon CV.

Workaway

Mon but dans la vie en arrivant en Nouvelle-Zélande – à part aimer et aider mon prochain bien entendu – est d’acheter un van pour l’aménager moi-même et vivre dedans. Mais comme j’ai pas envie de craquer mon PEL dans tout ce qui est hébergements, nourriture, bières et yaourts aux fruits, je veux vite trouver un Workaway. Je cible la ville de Christchurch, sur l’île du Sud, car il y a beaucoup moins de backpackers et les vans sont moins chers qu’à Auckland.

Workaway

Coucher de soleil sur Christchurch

Je trouve très rapidement : Un couple qui veut rénover sa maison au bord de l’océan, demande 4/5 heures de travail par jour en échange de l’hébergement et de la nourriture et met des outils à disposition pour qui veut monter son van. C’est trop beau, j’ai l’impression que cette annonce s’adresse à moi. Je lis “si tu t’appelles Maxime, que t’es français en PVT et que tu veux monter ton van, viens stp !”

J’arrive chez Veronica et Doug en mode “on n’est pas là et on s’est jamais vus mais rentre et prends à manger dans le frigo. On t’a aussi laissé le code wifi sur la table”. Je suis pas un professioniste de l’hospitalité mais pour moi le seul moyen de faire mieux c’est de rajouter 100 balles et un Mars. Ensuite on m’installe dans une chambre avec un lit double, un bureau et un dressing (tellement grand que j’aurais pu dormir dedans), et Veronica fait à manger chaque jour comme si c’était notre dernier sur Terre. En d’autres termes, mon sport quotidien est le pétage de bide avec 3 entraînements par jour.

Workaway

Workaway

Je rencontre Nicolas, un autre français qui reste encore quelques jours, et Florian que j’ai rencontré à Auckland me rejoint car lui aussi veut acheter et aménager son van. On suit les directives de Veronica sur les choses à faire dans la maison avec nos connaissances des outils et nos diverses expériences en bâtiment. Pour les tâches plus poussées elle fera intervenir des professionnels.

Workaway

Workaway

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Mon premier Workaway

On a vécu, travaillé, mangé, acheté nos vans, mangé, monté nos vans et aussi encore beaucoup mangé pendant 3 semaines chez Veronica et Doug. Ils nous mettaient aussi des vélos, des scooters, des kayaks et des paddles à disposition. À l’étranger, on s’adapte au mode de vie des locaux. Les néozélandais vivent quasiment comme nous, ils ont juste moins de fromage dans le frigo.

Workaway

J’ai dit qu’il y avait moins de fromage mais j’ai aussi dit “pétage de bide”. Et puis y’a pas que la bouffe dans la vie, y’a le sexe aussi, y’a le vin et le fromage aussi, y’a l’accueil formidable que j’ai reçu aussi. Au-delà de faire des économies, surtout dans un pays comme la Nouvelle-Zélande, on fait des rencontres et on peut même se lier d’amitié avec des gens tout autour du globe. Mon premier Workaway me donne envie de renouveler l’expérience plus tard et ailleurs, dans d’autres pays où la vie est complètement différente de chez nous.

Cliquez sur le lien en fin de phrase pour savoir comment c’est trop facile d’obtenir son visa pour un PVT en Nouvelle-Zélande.

Pour vous inscrire sur le site de Workaway, cliquez ici.

Cliquez en fin de phrase pour savoir comment ouvrir un compte en banque et trouver du travail en N-Z.

Vous avez des questions, d’autres informations, une expérience dans le domaine ou juste besoin de parler ?

N’hésitez pas à commenter ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Universlemonde Universlemonde
Menu