Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

Malaisie : À fleur d’Ipoh

J’ai visité la petite ville d’Ipoh pendant 3 jours.

Quand on la regarde de loin avec des jumelles, Ipoh n’est pas particulièrement attirante. À part être une ville dont le nom se prête à maints hypothétiques jeux de mots, elle ne fait pas vraiment d’effort touristique. Ipoh campe sur ces positions pendant que les flux d’humains courent à Penang, aux Cameron Highlands ou à Malacca. Alors je vais la voir, sans à priori.

Voici mon avis, en espérant ne pas donner une image d’Ipoh ternie.

À fleur d’Ipoh

Art de rue

Tel un félin jaloux des caresses reçues par un congénère au pelage plus soyeux, Ipoh envie depuis trop longtemps Penang et son street art. Aujourd’hui, Ipoh griffe et graphe ses murs de dessins pour attirer l’œil humain toujours plus expert et demandeur de qualité.

Ipoh

J’ai vu trois fois et demi du street art dans ma vie et j’ai déjà eu un 12/20 en arts plastiques. Ce qui m’élève automatiquement au rang de juge semi-professionnel en matière d’art de rue. J’ai été autant touché émotionnellement par les petits dessins d’Ipoh qu’une huître à un concert de triangle à piston. Il y en a quand même quelques-uns qui méritent d’être regardés plus de quatre secondes de face mais si t’es fan de street art, tu seras potentiellement déçu.

Ipoh

Depuis de nombreuses secondes, une amitié indéfectible et un sens de l’humour commun me lient à Bruce

Ipoh

Ipoh

Je finis par la rue parallèle à Jalan Masjid (old Hume Street). Elle est très calme et permet de compléter le tour du street art ipohlien. Ipohlais. Ipohlite. Enfin à Ipoh quoi !

Ipoh

Pour terminer cette première inspection de la ville, je plonge dans Concubine Lane. Une ruelle pour deux ambiances : L’effervescence chinoise d’un côté et son contraire de l’autre. Je finis par m’immiscer dans l’un des nombreux boui bouis où l’on me demande encore (et sérieusement cette fois) si je suis Mo Salah, le joueur de foot égyptien.

Ipoh

Ipoh

“Oui, je suis bien Mo Salah. Mais dis-le à personne stp !”

Kellie’s castle, le château hanté

Kellie, de son vrai nom William Kellie Smith, a fait construire son château à l’époque où l’empire britannique tentait de convertir la terre entière au pudding et à la gelée à la menthe. Bienheureusement pour l’humanité, les Anglais sont vite rentrés chez leurs mères et on peut continuer à expliquer que la gastronomie française est la meilleure de l’univers jusqu’à l’infini et au-delà.

Kellie aimait bien son château parce qu’en Malaisie c’est pas cher à chauffer. Du coup, même après avoir perdu à chifoumi contre une pneumonie en 1926, il a voulu rester. De nos jours, il joue chaque soir au tarot avec Robert le jardinier et il se montre de temps en temps pour rappeler que le château est hanté.

La visite est sympa mais le château n’est pas du tout hanté. J’ai parlé avec un gars qui vit là-bas depuis 160 ans, il n’a jamais vu de fantôme ! Les enquêteurs paranormaux l’ont classé parmi les cinq endroits les plus effrayants de Malaisie.

Des enquêteurs paranormaux normaux

Des enquêteurs paranormaux français

Kek Lok Thong & Sam Poh Tong

Ce sont deux temples chinois construits dans une grotte qui ont la particularité d’être très sales et colorés. Je dois tomber pendant les congés de la femme de ménage de Jean-Michel Bouddha. Mais c’est avec plaisir que je retrouve cette ambiance feutrée d’encens et de sérénité bouddhiste.

J’enlève mes chaussures, je demande à Josiane, la dame de l’accueil, si je peux prendre des photos et 36 minutes plus tard je n’ai plus qu’à observer le silence et la paix générés par ces temples et leur absence de touristes.

J’ai vu tellement de temples en Asie qu’il en faudrait un en lévitation pour m’impressionner aujourd’hui. Mais des temples vides de bruit et d’homo sapiens méritent leur petit détour juste pour ces deux caractéristiques. Même s’ils sont moins beaux et moins propres que les autres.

La journée se termine par un pouce en l’air au bord d’une route qui me permet de rencontrer Louis, un Malaisien. Le stop marche très bien en Malaisie.

À fleur d’Ipoh

Sur le tourisme, Ipoh glisse et mise tout sur un mélange de street art et d’authenticité avec les quartiers de Chinatown et Little India. C’était pas la folie mais ça peut évoluer très vite. Peut-être que demain, on trouvera un musée sympa, des œuvres de street art vraiment originales et même, qui sait, l’eau d’Ipoh potable.

Marche sur mes pas !

1 € = 4,50 Ringgits malaisiens (MYR)

Où dormir à Ipoh :

  • EDM Space : 15 MYR (3,30 €) la nuit dans un dortoir où il n’y a qu’un seul lit. Bien situé et très calme.

Où manger à Ipoh :

  • Sri Ananda Bahwan : Un indien bon et pas cher dans Little India.
  • Les boui bouis chinois de Concubine Lane.

Les visites :

  • Kellie’s Castle : 10 MYR/p (2,20 €) l’entrée, ouvert chaque jour de 9h à 18h.
  • La carte des œuvres de street art se trouve à l’office du tourisme de la ville.
  • L’accès aux temples chinois est gratuit.

Les transports :

  • Bus Kuala Lumpur – Ipoh : 21,60 MYR/p (4,80 €), 3 heures de route. Billet à prendre au Terminal Bersepadu Selatan (TBS), arrêt de métro Bandar Tasik Selatan.
  • Gare routière Amanjaya – Ipoh centre : 14 MYR (3 €) en Grab taxi.
  • Ipoh Centre – Kellie’s Castle : 30 MYR (6,60 €) en Grab taxi.
  • Le stop marche très bien en Malaisie.

Si tu trouves que cet article est meilleur que les épinards de la cantoche, dis-le en commentaire et partage-le sur les réseaux sociaux !

Soutiens Universlemonde en aimant la page Facebook et en me suivant sur Instagram !

Merci 🙂


Tu as ri à gorge déployée et trouvé des bons plans mais pas de photo de moi tout nu et tu veux que ça continue ?

Abonne-toi à ma newsletter en inscrivant ton adresse email ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *