Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

Hanoï, la ville sur 2 roues

Bienvenue à Hanoï, 1ère étape du second pays de notre tour du monde : Le Vietnam.

Le Vietnam, on ne pensait pas le voir si tôt. Pas avant le mois de mars en tout cas. On aurait même dû troquer le short et les claquettes contre une bonne paire de gants et un foulard et prendre la direction de l’Himalaya. Mais nous voilà dans le sud de la Chine soumis au gré des fluctuations financières du marché aérien. Le billet d’avion pour Katmandou est moitié moins cher depuis Ho Chi Minh Ville dans 2 semaines que depuis Canton aujourd’hui. Bon, ben … et si on allait au Vietnam ?!

Retrouvez notre bilan et notre vidéo du Vietnam ici.

Good Morning Vietnam

 Ça y est, on change de pays. Le passage à la frontière terrestre entre la Chine et le Vietnam marque la première vraie étape de notre tour du monde. Nous prenons le bus pour Hanoï et voyons se dessiner un paysage totalement différent de ceux vus en Chine. Dehors, une jungle de bananiers à perte de vue.

Un paysage qui s’assimilerait automatiquement au paradis s’il ne nous renvoyait pas aux films sur la fameuse, et terrible, guerre du Vietnam. À cette jungle luxuriante s’entremêlent les images de Rambo titillant la sulfateuse ou de De Niro jouant à la roulette russe dans la mangrove*.

On se rappelle tout d’un coup du poids historique qui pèse sur le Vietnam. Cette contrée sans cesse torturée tantôt par le colon français, tantôt par l’américain tout puissant puis par le vietnamien indépendant. Aujourd’hui la faucille et le marteau flottent de partout dans le pays, et les haut-parleurs installés à chaque carrefour semblent capter l’attention des autochtones à heures fixes. Mais les sourires sont présents et l’accueil chaleureux. Juste ce dont nous avons besoin.

Hanoï, la folie des scooters

Nous avons repéré Hoan Kiem, le vieux quartier, comme point de chute et l’arrêt prévu n’est qu’à un quart d’heure à pieds, parfait. Mais le bus nous dépose à un autre endroit, dans une rue sans arrêt de bus. Nous sommes à plus de 3 km de notre hôtel et nous sommes lâchement abandonnés au milieu des fauves. On n’est pas encore descendus du bus que déjà devant la porte une dizaine de taxis et moto-taxis nous attendent.

On en a trop entendu sur les compteurs trafiqués et les moto-taxis qui boivent en attendant le client donc nous allons à pieds.

Taxi ? Hôtel ? Je vous emmène par cher.

Merci mais nous allons à pieds.

Moto-taxi ? Hôtel ?

Merci mais nous allons à pieds.

Drogue ? Filles ?

?? … Nous allons à pieds.

Un chauffeur de taxi revient à la charge, se met à notre niveau et nous klaxonne.

Merci mais nous allons à pieds.

Un policier nous dit que nous sommes trop loin, sans savoir où nous allons, et nous conseille de prendre un taxi.

Bien aimable, mais nous allons à pieds.

À première vue les pieds ne sont pas beaucoup utilisés dans cette ville, les scooters par contre c’est la folie. Mécanicien ou loueur 2 roues est une profession en vogue dans le coin. Allez on traverse. Comment ? Ben comme en Chine, un pied devant l’autre et on ne s’arrête pas …

On trouve sans trop de peine notre hôtel et partons à la conquête d’un barbecue découvert au détour d’une rue, parfait !

hanoi-9

hanoi-4

Sur cette photo, nous pouvons constater qu’il règne une discrimination sans équivoque envers les personnes de grandes tailles sur les terrasses des restaurants. Un bonheur que vit pleinement Gaëlle du haut de son mètre 56.

hanoi-8

Le lendemain nous partons explorer la ville, toujours à pieds. Outre les quelques euros économisés, marcher permet de découvrir une nouvelle ville. Et le moins que l’on puisse dire c’est que nous voyons des choses qui nous plaisent. Des noms de restaurants écrits en lettres déjà. C’est bête à dire mais quand on vient de Chine, voir des lettres ça réconforte. Et du pain. Oui, du PAIN ! La petite larme n’est plus très loin. On voit des lieux et paysages incroyables depuis un mois et nous voilà émerveillés à la vue d’un simple bout de pain …

hanoi-3

hanoi-a-13

0,30 € l’ananas fraîchement découpé, qui dit mieux ?

Le vieux quartier est aussi connu pour ses « 36 guildes ». Les commerçants de l’époque qui venaient monter leurs boutiques s’installaient directement à côté des concurrents du même domaine. Il y a donc la rue des serruriers, la rue du bricolage, la rue du textile, la rue des boutons etc. 36 rues pour 36 métiers différents.

hanoi-6

hanoi-5

hanoi-1

hanoi-2

hanoi-a-16

p1020583

The North Fake, une marque très répandue à Hanoï

Ici non plus le piéton n’a pas sa place. Il faut slalomer entre le petit morceau de rue laissé ici par les véhicules et la micro parcelle de trottoir prêtée là par les commerçants pour qui c’est le prolongement de leur habitation. C’est un peu leur salon/salle à manger/cuisine. Quand ce ne sont pas des parkings à scooters.

hanoi-a-15

hanoi-a-6

Ici, on peut même se faire klaxonner dans un magasin !

On vous conseille le Café Pho Co, au 11 Hang Gai, Hang Trong, un roof top très abordable qui donne sur le lac Hoan Kiem.

hanoi-a-3

hanoi-a-11

hanoi-a-4

Dans beaucoup de boutiques et restaurants, on peut faire des offrandes. Des fruits, de la nourriture, de l’eau, de la vodka, des cigarettes. Un peu de tout quoi !

hanoi-a-7

hanoi-a-5

Un coq mal nourrit visiblement

Se balader dans ce vieux quartier et parler en anglais avec des gens souriants est une vraie bouffée d’air frais après nos aventures chinoises. Tout à l’air bancal mais nous avons apprécié nous perdre dans ce joyeux bordel organisé. Au total, nous sommes restés 4 jours à Hanoï avec la croisière sur la baie d’Halong au milieu.

hanoi-a-17

hanoi-a-14

Hoà Lò – La maison centrale

hanoi-maison-centrale-2 hanoi-maison-centrale-3

La visite de la maison centrale Hoà Lò semble inévitable à Hanoï. Elle fut construite en 1896 par le gentil colon français pour calmer le méchant vietnamien qui se croyait trop chez lui.

hanoi-maison-centrale-4

Une visite très poignante qui nous remet un peu à notre place en tant que français et certainement les occidentaux en général. Tortures, sévices, guillotine, nourriture avariée et la liste est très longue ! Fermée en 1954, elle fût utilisée durant la guerre du Vietnam pour incarcérer les pilotes américains qui l’appelaient alors « Hanoï Hilton ».

hanoi-maison-centrale-7

Une polémique existe concernant les traitements des pilotes en question. Ils auraient été victimes de tortures tandis que nous les voyons jouer aux cartes ou au ping pong et rires à gorges déployées sur les photos d’époque exposées.

hanoi-maison-centrale-6

On sait qu’être bien traité en prison ne donne pas forcément envie d’immortaliser le bonheur suprême que procure une partie endiablée de ping pong. On est aussi en droit de se demander pourquoi les américains bénéficieraient d’un séjour paisible et ludique quand on sait qu’à l’époque ils essayaient par tous les moyens de brûler au napalm chaque petite parcelle de terre vietnamienne.

hanoi-maison-centrale-8

hanoi-maison-centrale-1

On ne peut cautionner des tels actes mais quand on connaît l’histoire on ne peut s’empêcher de penser dans un coin de nos têtes que c’est un juste retour des choses. Même si c’est pas bien ! La prison est devenue un musée depuis 1990, pour ne jamais oublier.

hanoi-maison-centrale-5

Marchez sur nos pas !

Tarifs des hébergements (par nuit – 1 chambre pour 2 avec petit déjeuner) :

  • Zesty Hostel : 350 000 Dongs (14,30 €)
  • Hanoï Asia Guesthouse : 335 000 Dongs (13,70 €) – Gardiennage de nos affaires gratuit pendant la croisière sur la baie d’Halong)

Visite de la Maison centrale Hoà Lò : 30 000 Dongs/personne (1,20 €)

Toutes nos photos sont sur Facebook.

Tous nos avis sont sur TripAdvisor.

* Voyage au bout de l’enfer, 1978

Commentaires

2 Commentaires
  1. Publié par
    LBSF18
    Déc 9, 2016 Reply

    Hello vous deux, pouvez vous me dire par quel passage avez vous franchi la frontière Chine-Vietnam? Et pour quel prix en bus?

    Merciiii a bientôt

    • Publié par
      Gaëlle & Maxime
      Déc 10, 2016 Reply

      Salut les amis!
      On est partis de Nanning, il y a 2 options : Le train de nuit direct pour Hanoi (environ 10 heures) à 215 Yuans/p où le bus (environ 8 heures) à 170 Yuans/p depuis le Tourisme Distribution Center à 2 pas de la gare (la gare des trains normaux pas la gare des TGV, attention !)
      On voulait prendre le train pour économiser une nuit d’hôtel mais le Leatherman de Maxime enfoui dans un sachet qui était dans un sac qui était au fond de son gros sac à dos nous a été refusé. Du coup on a pris le bus. Voilà voilà, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Universlemonde Universlemonde
Menu