Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

Lyon, ville des Lumières à tous les étages

L’essentiel sur Lyon, pour une première visite de 3/4 jours.

Aaah les voyages … Une somptueuse plage déserte qui se découvre au détour d’une jungle sauvage et luxuriante. Une montagne andine que vous défiez au petit matin, la buée aux lèvres, les stalactites au nez. Un concours de ball-trap hélicoïdal au Mozambique (c’est comme du ball-trap mais hélicoïdal) … Que d’aventures insolites dans des lieux incroyables ! Allez venez, on va se balader à Lyon.

Attention ! À la fin de cet article certes élogieux, forcément lumineux mais complètement objectif, vous aurez des fourmis dans les jambes. C’est l’envie de venir à Lyon qui vous démangera. Laissez-vous guider !

Cliquez sur le lien à la fin de cette phrase parce que vous avez très beaucoup envie de découvrir la Fête des Lumières.

Lyon, ville des Lumières

Lyon, ville des Lumières qu’ont-ils fait de toi ?, s’appelait Lugdunum à l’époque où l’espérance de vie était de 14 ans et demi pour les meilleurs. Lugdunum vient de lux la lumière, et dunum la colline soit “la colline de la lumière”. Avec le temps, son nom a changé en Lugdon avant de devenir Luon puis Lyon et merci les cours de latin en 5 ème qui servent enfin à quelque chose (pssst : Merci à toi Google, ce sera notre petit secret !).

Comme votre sens aiguisé de l’observation vous le fait justement remarquer, on ne dit pas la ville-lumière mais la ville des Lumières. Ce surnom fait référence à la Fête des Lumières qui a lieu chaque année en Décembre (cliquez sur le lien pour tout savoir sur la Fête des Lumières), aux lyonnais Auguste et Louis Lumière qui inventèrent jadis le cinématographe (plus connu aujourd’hui sous le nom de Cinéma-Pathé-Gaumont-UGC-Ciné-Cité-12€-la-place) et aux lumières dans les rues la nuit car sinon tu vois plus rien.

Sans les frères Lumière, on n’aurait jamais vu Pulp Fiction, Les Affranchis ou Les Tuche !

Visiter Lyon

Fourvière et le Vieux-Lyon

On commence par le Vieux-Lyon car j’ai décidé que toute première visite de Lyon devait commencer par là. On marche dans l’un des quartiers historiques de la ville, c’est touristique et envahit de gens qui manient autant l’art du selfie qu’un politicien celui du mensonge mais c’est un quartier à ne pas louper.

Au centre du Vieux-Lyon : La cathédrale Saint-Jean.

Lyon

Sur un côté de la cathédrale, on peut apercevoir une gargouille à l’effigie d’Ahmed, chef de restauration de l’édifice depuis plus de 30 ans.

Dans le Vieux-Lyon, on se balade, on explore les traboules (infos plus bas), on s’arrête manger dans un bouchon (infos encore plus bas) et on visite le musée du cinéma et de la miniature (tarifs et infos tout en bas, au fond à droite). Entrez dans un monde féerique qui mêle le 7ème art et des scènes de la vie quotidienne en modèle réduit. Faites connaissance avec la charmante reine Alien ou le gentil tricératops de Jurassic Park, revivez des scènes mythiques du cinéma !

Un bouchon lyonnais

Lyon

Venez faire un beco à tata !

Au-dessus du Vieux-Lyon, on retrouve la colline de Fourvière avec la basilique du même nom, lieu culte et de culte de la vie lyonnaise. L’esplanade offre une vue impériale sur toute la ville et l’intérieur de la basilique est impressionnant tellement c’est beau, tellement ça brille, tellement c’est grand, tellement je t’aime, je pense à toi. À quelques pas de la basilique, on peut visiter des vestiges d’époque avec le théâtre gallo-romain et son musée dédié.

La basilique de Fourvière

Lyon

Lyon

Lyon depuis l’esplanade de Fourvière

Lyon

La basilique et la colline de Fourvière depuis les quais de Saône

Lyon

À un tout petit kilomètre à pieds des théâtres romains se trouve le jardin des curiosités. Ce lieu au charme évident offre l’une des plus belles vues sur Lyon. Comme il n’est pas connu de tous et afin que calme et volupté continuent d’y régner en maîtres, j’essaye de ne pas trop l’ébruiter. Mais là on est entre nous et on m’a dit que vous étiez dignes de confiance (j’accepte les remerciements par commentaire, mail, pigeon voyageur, chèque et espèces) !

Le jardin des curiosités, à Saint-Just

Lyon

Lyon

Pour passer du Vieux-Lyon au sommet de la colline de Fourvière, ou inversement proportionnel et équilatéral, on emprunte le funiculaire (appelé aussi Ficelle). C’est pas pour vous impressionner mais il date de 1862, ce qui en fait le plus vieux funiculaire du monde !

La Presqu’île et le centre de Lyon

La ville est traversée par un fleuve et une rivière, le Rhône et la Saône, qui se rejoignent à Confluence pour former la Presqu’île. Au centre de la Presqu’île se trouve la place Bellecour avec la statue de Louis XIV qui fait de l’équitation sur le cheval blanc d’Henri IV. C’est pas pour vous impressionner mais la place Bellecour est la plus grande place piétonne d’Europe !

La place Bellecour vue depuis Fourvière

Lyon

La place Bellecour

Lyon

Louis XIV et Fourvière en second plan

Lyon

Les quais de Saône, à l’ouest de la Presqu’île

Lyon

Après la place Bellecour, on emprunte la rue de la République qui est la plus longue rue piétonne de la ville pour arriver jusqu’à la place des Terreaux. Elle est dominée par l’Hôtel de Ville sur un côté et la fontaine Bartholdi au centre, surmontée d’un char en plomb tiré par des chevaux (en plomb aussi).

La place des Terreaux et l’Hôtel de Ville

Lyon

La fontaine Bartholdi

Lyon

À l’origine, elle était promise à Bordeaux mais ils trouvaient la sculpture trop chère et Bartholdi pas assez connu. Après il est passé en ligue des champions des sculpteurs en faisant la Statue de la Liberté (le truc qui a le bras tendu à New York) alors ils se sont remis à réfléchir mais Lyon a été plus rapide et PAF ! On l’a achetée pour la mettre au milieu de la ville. Je dis “on” mais je précise que je n’étais pas présent en ce jour de 1891, j’avais water polo.

La Croix-Rousse et le Parc de la Tête d’Or

Au-dessus de la place des Terreaux, on trouve un autre quartier historique la ville : Le quartier de la Croix-Rousse. Le quartier est connu pour les Canuts, les ouvriers qui tissaient la Soie, il était aussi l’un des hauts lieux de la résistance à l’époque où les allemands tentaient de se faire des copains dans toute l’Europe.

La vogue des marrons (fête foraine) s’installe dans les rues de la Croix-Rousse chaque année depuis 150 ans pendant environ un mois à cheval sur octobre et novembre.

Vue sur le Rhône depuis les pentes de la Croix-Rousse

Lyon

En bas des pentes, de l’autre côté du Rhône, on découvre le Parc de la Tête d’Or. C’est un parc zoologique et un peu notre Central Park à nous, totalement gratuit dont une partie a été transformée en plaine africaine en 2007. La légende raconte qu’une tête de Jésus Christ en or a été enfouie sous le terrain pendant les croisades. Il fut un temps où José-Maurice Pelleteuse et Didier-Virgil Martopikeur cherchaient ce fameux trésor sans relâche jusqu’au jour où l’un des deux cru tomber sur quelque chose, mais en fait non. Ensuite le Parc de la Tête d’Or est né.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Lyon

Si t’es lyonnais, tu connais …

Paul Bocuse. L’homme qui mettait des roustes au monde entier en matière de gastronomie nous a quittés il y a peu. Il a changé la face des cuisines, des assiettes et de l’univers tout entier alors on dit merci et RIP !

Antoine de Saint-Exupéry. L’aviateur est connu pour son rôle de résistant, mort pendant la guerre, et pour avoir écrit Le Petit Prince, un môme obsédé par les moutons qui habite avec son renard sur une mini planète. L’aéroport de Lyon porte son nom.

L’Abbé Pierre. L’Abbé est un prénom peu commun et certainement dur à porter mais c’était un mec super gentil qui a créé Emmaüs alors on se moque pas ! PS : Son véritable nom était Henri Grouès.

Guignol, la petite marionnette comique et son théâtre du même nom. Vous connaissez certainement des tas de guignols dans votre entourage mais l’original est à Lyon.

Jean-Michel Aulas. Le président a fait de l’Olympique Lyonnais l’un des meilleurs clubs de France. Il est considéré comme mi-dieu à Lyon mais détesté à l’unanimité par l’ensemble des supporters des autres clubs par pure et simple jalousie (je ne vois pas d’autre explication) (honnêtement).

“Tu vois la tâche sombre tout là-bas où le soleil n’existe pas ? C’est Saint-Étienne !”

Juninho, le maître artificier brésilien qui allumait jadis toutes les cages de France et d’Europe, voyez plutôt :

Je pourrais aussi parler de lyonnais super connus comme Liane Foly, Mimy Mathy, Bernard Pivot ou Laurent Wauquiez (j’ai pas dit qu’ils étaient tous gentils) mais comme le but de cet article n’est pas de vous endormir et que j’ai un gratin au four, on en parlera un autre jour.

Les traboules

Les traboules sont des passages piétons qui datent de la Rennaissance. Elles traversent les immeubles de part en part pour aller d’une rue à l’autre. C’est pas pour vous impressionner mais on dénombre environ 500 traboules dans toute la ville.

L’intérieur de la Grande Traboule du Vieux-Lyon

Lyon

À savoir :

  • Le mot Traboule vient du latin trabulare qui signifie traverser.
  • On emploie le verbe trabouler pour dire qu’on emprunte ces dédales.
  • Des fois on mange du taboulé, mais ça n’a rien à voir.

Les bouchons et la cuisine lyonnaise

Quand on entend parler de bouchons dans une grande ville, on pense tout de suite à ces files de voitures interminables, remplies d’humains qui survivent à thermostat 8 avant d’arriver tout juste gratinés à la maison. À Lyon, capitale de la gastronomie, le mot bouchon est synonyme de plaisirs culinaires. Ce sont les restaurants typiques de la ville, aux tables habillées de nappes à damiers rouges et blancs, où l’on retrouve les meilleures spécialités comme la quenelle, la salade lyonnaise, le tablier de sapeur ou encore le saucisson brioché.

On trouve aussi à Lyon d’autres spécialités comme la rosette, les coussins ou encore les papillotes. Bon c’est sûr que si vous êtes musulman, végétarien, vegan ou les trois, vous aurez droit à une belle corbeille remplie de pain et une carafe de la meilleure eau en guise de repas. Mais pour tous les autres, profitez-en parce que dans le cochon tout est bon. Même la tête de veau !

Le parler lyonnais des gones

À Lyon, on emploie le terme “gone” pour parler d’un enfant ou des habitants de la ville en général. Mais le lyonnais, cet être fier et facétieux, tient à montrer son appartenance à sa ville. C’est pourquoi il a créé son propre langage.

“À Lyon, quand un gone se la rouille, il va à la vogue. Il est refait (ou tchalé) quand il y trouve une gâche mais il a cher la mort quand il chabe un pélo qui débaroule avec sa vago pour lui chourav. Il veut lui jacter que c’est la latche mais l’autre va sûrement balnave alors c’est tchi !”

Ça veut dire :

Quand un lyonnais s’ennuie, il va à la fête foraine. Il est content de trouver une place pour se garer mais il s’énerve quelque peu lorsqu’il voit un homme arriver à brûle-pourpoint avec son automobile pour lui chaparder. Il veut lui préciser qu’il est honteux de piquer de la sorte la place d’autrui mais comme il pense que son interlocuteur mentira en disant qu’il ne l’a pas vu, il se dit finalement que ce n’est rien !

J’veux pas en faire tout un fromage ou un dico mais ce n’est là qu’une infime partie du parler lyonnais !

Le Petit Paumé

Le Petit Paumé est là depuis 1968 pour vous guider ! Où manger, où sortir, que voir, que faire, d’où viens-je, où vais-je, dans quel état j’erre ? Presque toutes les réponses, avis et conseils utiles sur la ville de Lyon se trouvent dans le plus célèbre guide de la ville. Il est édité et distribué chaque année par les étudiants bénévoles de l’EMLyon qui se griment en clients mystères pour offrir avis et sincérité sur la qualité des meilleurs restaurants et lieux de la ville.

La carte de Lyon, pour éviter de se paumer

Lyon

Que ce soit à travers le guide papier, le site du Petit Paumé, l’application Petit Paumé ou encore les macarons “Recommandé Par le Petit Paumé” (RPPP) décernés chaque année, vous n’avez plus qu’à suivre le guide et profiter.

Lyon, la ville des lumières à tous les étages

Lyon est la ville qui m’a vu naître et celle que je préfère dans la France entière du monde, même si je n’ai encore jamais été à Limoges, Angoulême ou Saint-Rémy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson (oui, elle existe !). J’ai tenté d’en parler avec objectivité mais ne dit-on pas que l’amour se met le doigt dans l’œil qui n’est pas en face du trou ? Non ? Dommage, c’est une très belle expression ! Je parle de ma ville avec amour, gloire et beauté et j’espère que votre avis s’en rapprochera. Cependant, qu’il soit bon ou mauvais, n’hésitez pas à le mettre en commentaire. Je vous souhaite une épanouissante, resplendissante et rugissante future visite à Lyon.

Marchez sur mes pas !

Où manger/boire un verre à Lyon :

Le musée, bouchon lyonnais. Toutes les spécialités lyonnaises sont proposées sur des assiettes copieuses et dans un lieu convivial. RPPP 2013/2014/2015/2017/2018

Chez Chabert, bouchon lyonnais. Florilège d’entrées, défilé de plats principaux puis avalanche de desserts, le tout en spécialités lyonnaises ! RPPP 2015

Les pampres rouges, bouchon lyonnais. Un petit bouchon sans prétention avec des prix doux pour des assiettes de qualité.

Le carnégie hall, restaurant de viandes. Dans un cadre de cantine avec les carcasses en arrière-plan, certainement le meilleur bœuf de Lyon à très bon prix.

Le Bellona, péniche sur les quais du Rhône. Un service rapide pour une cuisine française traditionnelle de qualité sur une terrasse agréable en été. Le Bellona propose également des brunchs chaque dimanche et des soirées club, concerts et événements certains soirs de l’année.

Le comptoir de la bourse, pour boire un verre. Un cadre sympa dans un bar lounge au centre-ville qui propose des tapas, du vin et des cocktails originaux.

L’harmonie des vins, bar à vins, caviste. Amateurs de bons vins, vous pourrez y accompagner vos bouteilles de bons plats ou tapas en toute harmonie.

Les transports :

Avec les TCL, bougez de partout dans Lyon en bus, métro, funiculaire, tramway ou velo’v.

Le ticket à l’unité : Valable 1h pour 1,90 € aux bornes ou 2,20 € dans les bus.

Les tickets déplacements illimités : Valable 24h pour 5,80 €, 48h pour 11 € ou 72h pour 15 €.

Tarif funiculaire : 3 € l’aller-retour dans la même journée.

Velo’v : Pour tout savoir sur la visite de Lyon en vélo, cliquez ici.

Les visites :

La basilique de Fourvière, entrée gratuite. La basilique est ouverte tous les jours de 7h à 19h. L’esplanade est ouverte tous les jours de 7h à 22h30.

Le Parc de la Tête d’Or, entrée gratuite. Ouvert du 15/04 au 14/10 de 6h30 à 22h30 et du 15/10 au 14/04 de 6h30 à 20h30.

Les théâtres romains, entrée gratuite. Ouverts du 15/04 au 15/09 de 7h à 21h et du 16/09 au 14/04 de 7h à 19h.

Le musée gallo-romain, 4€ l’entrée ou 2,50 € pour les tarifs réduits. Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 18h, le samedi et dimanche de 10h à 18h.

Le jardin des curiosités, entrée gratuite. Ouvert tous les jours de 8h à 19h et jusqu’à 22h de mai à septembre.

Le musée des Confluences, musée d’histoire naturelle et expositions temporaires. 9 € l’entrée/adulte, tarif réduit 6 €/adulte, 6 €/adulte après 17h et gratuit pour les -18 ans et étudiants -26 ans. Ouvert le mardi, mercredi et vendredi de 11h à 19h, le jeudi de 11h à 22h (nocturne) et chaque samedi, dimanche et jour férié de 10h à 19h.

Le musée du cinéma et de la miniature, Métro D, arrêt Vieux-Lyon. 9 € l’entrée/adulte, 6,50 € pour les tarifs réduits et enfants (de 4 à 15 ans inclus), 8 € pour les seniors (+ de 60ans) et gratuit pour les -4ans. Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h30 et chaque samedi, dimanche et jour férié de 10h à 19h.

Cliquez sur le lien à la fin de cette phrase parce que vous avez très beaucoup envie de découvrir la Fête des Lumières.

Vous avez des questions, d’autres informations, une expérience dans le domaine ou juste besoin de parler ?

N’hésitez pas à commenter ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Universlemonde Universlemonde
Menu