Huacachina

Nous avons passé 2 jours à Huacachina, un oasis dans le désert péruvien.

Alala, le Pérou … Ses ruines incas, ses montagnes, son désert, son Machu Picchu, ses cochons d’inde grillés. Heu … Y a pas un truc qui vous choque là ? Comme un intrus dans l’énoncé ? Il y a un désert au Pérou. Un. Désert. Au. Pérou. Avant ça, pour nous, Pérou égalait montagne. Maintenant on sait même que le Paris Dakar y passe tous les ans. Oui, tout se perd, même le Paris Dakar ne commence plus à Paris pour finir à Dakar. D’ailleurs, à Huacachina, on a pu tâter du buggy et on peut vous dire que le Dakar c’est plus réservé aux frappés du ciboulot qu’aux fragiles. On sait que vous avez hâte mais on fait d’abord une halte par Lima, notre première étape péruvienne. Attention, c’est moins sport.

Retrouvez notre bilan et notre vidéo du Pérou ici.

Cet itinéraire a été créé à l’aide du site Le planificateur de voyages

Lima, il est mort le soleil

“Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel.” Dalaï Lama

On commence par une citation, elle est belle hein ? Sacré Dalaï, on voit bien qu’il n’a jamais foutu un orteil à Lima. Des nuages, c’est la seule chose que vous verrez en levant les yeux à Lima. À moins d’être né sous une bonne étoile. Ah ben non, il n’y a personne … Bref, à Lima il n’y a presque jamais de soleil !

Lima
Un belle journée à Lima

Dès la sortie de l’aéroport, on balbutie nos premiers mots en espagnol. Même si on a essayé de se faire la main sur l’île de Pâques, ce n’est pas encore ça. Non pas qu’on dormait près du radiateur au collège (pas Gaëlle en tout cas) mais nos seuls restes sont du même niveau qu’un “Where is Bryan ?”Ils sont sympas à l’éducation nationale avec leurs LV2 au ras des pâquerettes mais on voit bien qu’ils ne font pas des tours du monde tous les jours ceux-là ! Maintenant va glisser un “A mi me gusta la tortilla” dans une négociation avec un taxi.

Lima
Premier contact avec les autochtones

Grand choc concernant la circulation, dans les bouchons tout le monde essaye de forcer le passage à coup de klaxon et de pare choc au vu de l’état de la plupart des véhicules. On a troqué le doux klaxon asiatique qui dit “attention, je passe” pour un klaxon plus rugueux qui semble fredonner “TU LA BOUGES TA CAISSE C$%*@#§ ??!!”. On arrive péniblement vers notre hôtel dans le quartier Miraflores qui est LE quartier où dormir car proche des lieux vivants et touristiques. Dans ce quartier, tout est barricadé avec des barbelés au-dessus des murs et aucun nom d’hôtel n’apparaît. On comprend maintenant pourquoi l’hôtel nous avait envoyé un mail la veille pour nous décrire la rue et la devanture. Même les restaurateurs ont installés d’énormes grilles pour la nuit, on se dépêche de manger avant l’attaque de zombies que tout le monde semble redouter et on rentre passer notre première nuit dans la capitale péruvienne.

On vous fait un rapide topo du lendemain : On visite une église, des catacombes et des ruines incas (infos en fin d’article) mais rien ne nous émerveille. Cette première journée n’est franchement pas convaincante et on trouve Lima moche et très polluée. Ça peut paraître un poil snob dit comme ça, mais les rares fois où notre intuition nous disait de ne pas y aller, on aurait dû l’écouter. On passe donc la deuxième journée à regarder un peu ce qu’on veut voir au Pérou. C’est comme ça qu’on découvre que le Pérou, ce n’est pas que des montagnes, il y a aussi un désert (#lepéroupourlesnuls) ! On découvre Huacachina, un oasis où le soleil règne en maître.

PéruBus

On prend la route le lendemain, en bus. On a tout entendu sur les transports péruviens et qu’il fallait bien choisir sa compagnie si on voulait arriver au prochain hôtel avec toutes nos affaires, quitte à payer un peu plus cher. On choisit donc la compagnie PéruBus, assez bien réputée pour sa sécurité. On embarque dans un bus du futur avec stewart, WiFi, films, musiques, goûter, boissons, sièges inclinables, repose pieds et même des ports usb dans les accoudoirs ! Voilà de quoi se mettre bien pour nos 4 premières heures sur la Panamerica Sur, la route qui relie Ushuaia à l’Alaska en traversant toute l’Amérique.

Huacachina, perdus dans le désert

Notre premier oasis n’est pas vraiment perdu dans le désert puisqu’on ne met que 10 minutes en taxi à le rejoindre. Un taxi en mode pot de yaourt jaune, on rajoute une moustache, une salopette à notre chauffeur et en avant Mario Kart ! On débarque au beau milieu d’un oasis entouré d’arbres, de restaurants et d’hôtels. À gauche une immense dune de sable, à droite une immense dune de sable, derrière nous la ville d’Ica et devant, le désert à perte de vue. On a plus l’impression d’être à Bab-El-Oued qu’au Pérou mais l’endroit est assez magique.

Huacachina

Huacachina

On trouve un hôtel et on part à la conquête de la première dune. La montée est un peu sportive, mais pas très longue. Depuis son sommet, des snowboarders et skieurs chevronnés s’élancent dans des sauts périlleux depuis un tremplin de sable. On peut aussi louer un sandboard ou des skis pour se faire la descente debout, mais Maxime sur des skis ça ressemble à peu près à un pingouin qui se prendrait pour le Zidane du basket … On sait qu’on ne touche pas à Zizou, mais on avait besoin d’une image assez forte et qui parle à tout le monde (#tequierozizou). Te quiero ça veut dire “je t’aime” en espagnol et si vous trouvez que ça n’a rien à voir avec l’article, vous avez totalement raison. Bref, on reste spectateurs et c’est beau !

Huacachina

Huacachina

Huacachina

Bien entendu, les Péruviens ont tout prévu avec un coucher de soleil qui nous laisse rêveurs. Voilà un Pérou qu’on n’attendait pas, aux antipodes des Incas et du Machu Picchu, et qu’on se met à apprécier.

Huacachina

Buggy & Sandboard

Pour bien démarrer notre deuxième journée, on fait quoi ? On mange des Chocapic se fait la seconde dune, celle qu’on avait laissée tranquille la veille. Bon, on n’est pas de nature à se plaindre mais on suggère un peu moins de pentes et un peu plus d’ombre pour leurs prochaines dunes. On arrive au sommet violentés par nos mollets qui se demandent bien ce qui nous prend tout d’un coup à monter des dunes à tout va. C’est pas pour tout de suite le repos, les gars. On est au Pérou là !

Huacachina

Huacachina

Huacachina

Huacachina

Après nos deux ascensions, place à l’activité phare du coin : Le buggy ! On part pour deux heures de folie dans le désert, à 8 plus un chauffeur complètement barré pour affronter les dunes de sable. Son engin, un monstre d’armature métallique jaune armé d’un moteur Chevrolet V8, nous emmène jusqu’aux sommets des collines sablonneuses pour redescendre de l’autre côté en nous offrant les même sensations que les montagnes russes. On crie, on hurle même lorsqu’il longe les crêtes avec le vide sur un côté pour seul spectacle.

Huacachina
La bête

Huacachina

Huacachina

On fait ensuite un stop en haut d’une colline pour dévaler son autre versant en sandboard. Deux Canadiens ont loué de vraies planches pour descendre debout, pour nous ça sera à plat ventre. On se regarde tous les deux, on se dit qu’on va peut-être laisser notre place pour observer les autres dévaler la pente à toute vitesse, puis on s’élance la tête la première avec l’élan donné par notre chauffeur. Au final, on gère la fougère mais quand on est haut on fait pas les malins !

La suite n’est pas plus calme avec encore des montées d’adrénaline et du sandboard sur une pente encore plus raide. Pour couronner nos deux heures de sensations fortes, on termine par un coucher de soleil magistral, perdus dans le désert, cette fois.

Huacachina

Huacachina

Huacachina

On passe notre dernière journée à faire le tour de l’oasis. Même si après 2-3 tours dans les dunes et la “balade” en buggy il n’y a plus grand chose à faire dans le coin, on a adoré ce lieu pour sa beauté et sa tranquillité. On a trouvé un havre de paix aux portes du désert, une halte idéale avant d’aller visiter les endroits mythiques qui nous ont poussés à venir au Pérou : Cuzco et le Machu Picchu !

Huacachina

Marchez sur nos pas !

1 € = 3,65 Soles péruviens (PEN)

Où dormir :

  • Lima : Casa Hualpa, 84 PEN (23 €) la chambre double avec salle de bain commune, petit déjeuner inclus. Très bien situé, propre, bon WiFi et petit déjeuner complet.
  • Huacachina : Hostal Huacachina Sunset, 76 PEN (20,7 €) la chambre double avec salle de bain, petit déjeuner inclus. Pas la propreté du siècle mais calme, super personnel et bon petit déjeuner.

Où manger à Huacachina :

  • Huacachina Sunset : Le restaurant de notre hôtel. Bon et pas cher.
  • Nuna : Bon, pas cher et vue sur l’oasis.

Tarifs des visites :

  • Musée et catacombes du couvent St François d’assise à Lima : 10 PEN/personne (2,70 €). Guide en anglais ou espagnol inclus dans le tarif.
  • Ruines de Huanca Pucllana : 12 PEN/p (3,30 €). Guide en anglais ou espagnol inclus dans le tarif.
  • Tour de Buggy, deux heures avec le sandboard à Huacachina : 30 PEN/p (8,20 €). Pris avec notre hôtel, car moins cher que les agences. L’entrée au désert est payante, elle coûte 3,60 PEN/p (1€).

Tarifs des transports :

  • Taxi aéroport Lima – Miraflores : 60 PEN (16,40 €).
  • Tarif moyen pour se rendre en taxi sur les lieux touristiques depuis Miraflores : 12 PEN (3,30 €).
  • Bus Lima-Ica avec PéruBus : 42 PEN/p (11,50 €), 4h. Un départ chaque jour toutes les 30 minutes depuis la gare routière située Avenida Mexico 333. Les tarifs varient selon les horaires.
  • Taxi Ica-Huacachina : 8 PEN (2,20 €).

Retrouvez notre bilan et notre vidéo du Pérou ici.


Si tu trouves que cet article est meilleur que les épinards de la cantoche, dis-le en commentaire et partage-le sur les réseaux sociaux !

Soutiens Universlemonde en aimant la page Facebook et en me suivant sur Instagram !

Merci 🙂


Tu as ri à gorge déployée et trouvé des bons plans mais pas de photo de moi tout nu et tu veux que ça continue ?

Abonne-toi à ma newsletter en inscrivant ton adresse email ci-dessous :

Partager cette publication

Comments (5)

  • Thierry L. Répondre

    Si vous vous dirigez vers la Bolivie , je vous conseille d’abord d’aller passer une ou deux nuits sur les îles péruviennes de Amantani et Taquile, accessibles depuis la ville de Puno .

    C’est du tourisme équitable et une expérience hors du temps et hors des sentiers battus qui restera pour moi une aventure humaine inoubliable avec les rencontres des locaux sur ces îles.

    30 juin 2017 à 10 h 17 min
    • Gaëlle & Maxime Répondre

      Merci pour le tuyau, on a failli y faire un stop et puis finalement on a opté pour la Isla del Sol côté Bolivien 😉

      30 juin 2017 à 22 h 36 min
  • Thierry L. Répondre

    Je n’ai pas encore eu le temps de lire complètement l’article, mais si vous souhaitez ou si vous repassez par Lima, alors je vous conseille un superbe hôtel dans le centre ville , loin du quartier de Miraflores que personnellement j’ai trouvé sans intérêt.
    Ce superbe hôtel est l’hôtel Espana :
    http://www.hotelespanaperu.com/frances/entree.html
    Et pour manger pour pas cher => le palais du végétarien (je vous cherche l’adresse) (moins de 2 € le repas)

    28 juin 2017 à 15 h 37 min
    • Gaëlle & Maxime Répondre

      Merci de penser à nous mais on se dirige tout doucement vers la Bolivie en ce moment. Si jamais on repasse par Lima, on ira essayer tout ça 😉
      A bientôt !

      29 juin 2017 à 3 h 42 min
  • Pascale FEUILLET Répondre

    Chic, un nouveau pays!

    27 juin 2017 à 17 h 38 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *