Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

Coronavirus en Inde : Un escape game presque parfait

Je suis en Thaïlande, en janvier, quand Pierre-Emmanuel Coronavirus sort faire un tour pour acheter du pain. Comme il est en Chine et que le pain chinois c’est meilleur quand on n’en mange pas, il s’énerve tout rouge et file dans les poumons de la boulangère. S’ensuit un quiproquo, un mec achète un sandwich pangolin/mayo et meurt d’une grippe en vingt-sept minutes. Le virus se répand en mettant tout sur le dos du pangolin, ça part en épidémie. Comme il vient de Chine, on se dit “C’est bon, encore un truc à deux balles inventé par les Chinois, ça tiendra pas la route” en se moquant gentiment des êtres inférieurs en intelligence qui crient à la pandémie alors que quatre personnes au monde toussent à l’unisson.

Quand j’arrive en Inde, il commence à bien se répandre de partout, déterminé à boire l’humanité. Un mois après mon arrivée en Inde, je suis à Fort Kochi quand le Coronavirus complète son tour de France sans vélo ni voiture-balai. Du coup, pour les Indiens, je passe du Français génial, beau et expert en gastronomie mondiale au Somalien lépreux à la peau vert uranium tachée de points rouges qui fait la manche au Trocadéro. Pour mettre des paillettes dans ma vie et m’occuper un peu, le gouvernement indien me propose un escape game.

L’intitulé est court : Le Coronavirus c’est mal et on ferme la boutique alors trouve la sortie et casse-toi !

Coronavirus en Inde : Un escape game presque parfait

L’ambiance : 9,5/10

Les villes aux alentours de Fort Kochi se renferment toutes les unes après les autres. Et la diplomatie du peuple indien est en marche moyennant insultes et jets de pierres pour persuader les étrangers de partir. Je pèse le pour, le contre et le contre – oui, il commence à y avoir beaucoup de contre – et j’achète l’un des derniers billets d’avion retour pour Lyon à prix décent. Je pense pouvoir éviter les pièges que se coltinent les autres joueurs étrangers quand le patron de mon hôtel revient sur sa promesse de me garder jusqu’à mon départ. La veille de mon vol, il me met à la porte comme Micheline renverrait Marcel d’un coup de pompe dans la détermination au moindre écart conjugal.

Coronavirus

Pour le reste, je peux sentir le poids du regard des gens dans la rue en plus de voir les compagnies aériennes tirer à pile ou face les vols qu’ils vont annuler. Le top du top aurait été le tampon de sortie du territoire joué à chifoumi. J’espère qu’ils liront mon avis !

L’ambiance fait tout et on joue avec la peur au ventre jusqu’au dernier moment. Un régal !

Le personnel : 8,5/10

Le personnel, c’est lui qui donne le ton du jeu. Alors j’ai été intransigeant. Je suis refusé de plusieurs restos lors de mon dernier jour en Inde. Ça commence dès le matin sous prétexte que je suis Français et que des gens seraient allergiques aux poils de Coronavirus. J’aime les gens directs et j’inclus l’honnêteté dans mes qualités préférées après l’intelligence et la raclette (si, c’est une qualité). J’avoue qu’être cueilli à froid, au saut du lit et armé d’un simple passage de main humide en guise de réveil facial, c’est pas ce qui me botte le plus. Mais il faut savoir s’adapter pour l’emporter, la beauté du jeu prime avant tout !

Coronavirus

Pour la suite, un chauffeur de taxi se met un mouchoir sur le nez et accélère quand il apprend que je suis Français, puis s’échappe sans me rendre la monnaie. Les hôtels situés en face du terminal international ne semblent accessibles qu’au moyen d’un ascenseur émotionnel et l’armée me donne gentiment l’autorisation de dormir à l’extérieur de l’aéroport quand j’essaye d’y accéder pour la nuit.

Quand on te dit de partir en t’empêchant d’entrer dans l’aéroport

Après 18 tentatives infructueuses, je vote pour que la chasse aux hôtels en temps de Coronavirus en Inde devienne une discipline olympique. Le 19ème hôtel est le bon grâce à une question : “Est-ce que vous avez le Coronavirus ?” et une bonne réponse : “Non”.

Mon menu maxi best of Mac Coronavirus des meilleures excuses de la journée :

  • L’homme qui met tout sur le dos de son boss xénophobe alors qu’après trois questions, j’apprends que c’est lui le parton.
  • La petite dame qui me dit d’abord “oui” puis “non” quand je reviens du distributeur parce qu’elle avait oublié que la chambre était déjà réservée.
  • Le monsieur qui ne peut accueillir que des Indiens parce que son hôtel n’est pas en face du terminal international (on est d’accord, j’ai pas besoin de faire de vanne là ?!).

Coronavirus

Je suis Français et blanc issu de classe moyenne. Il y a eu donc autant de discrimination dans ma vie que de sourires tentés par Vladimir Poutine dans la sienne. Cette première était d’un excellent niveau !

La déco : 7,5/10

Une décoration soignée et plutôt réaliste. De la poussière et des déchets qui s’amoncellent et servent de lit de camp aux chiens errants et des rues sans trottoirs qui ne ressemblent pas à grand chose. Un environnement hostile recréé de toute pièce à Fort Kochi, mais qui m’aurait donné plus de frissons dans des villes plus chaotiques et grandes comme Madurai ou Chennai.

Coronavirus

Même si je sais que beaucoup d’efforts ont été faits, je reste sur ma faim concernant quelques détails. Un seul chat mort constaté quand je m’attendais à des gens édentés, des estropiés ou des enfants avec des chaussures de marque Cristalline (oui, les bouteilles d’eau). L’ensemble est satisfaisant, mais une touche en plus de dramaturgie et d’authenticité n’aurait pas été de trop.

Bravo à la Valérie Damidot indienne et toute son équipe !

Coronavirus en Inde : Un escape game presque parfait

Note moyenne : 8,5/10

Un super escape game, autant prenant que réaliste jusqu’au bout. Il ne convient pas à tous les publics et je le déconseille aux gens qui n’ont jamais participé à des jeux d’évasion. Au risque de te gâcher l’enquête sur le moyen d’en sortir, va sur Skyscanner, achète un billet d’avion et file à l’aéroport sans tarder.

C’est ma botte secrète, ne me remercie pas !


Si tu trouves que cet article est meilleur que les épinards de la cantoche, dis-le en commentaire et partage-le sur les réseaux sociaux !

Soutiens Universlemonde en aimant la page Facebook et en me suivant sur Instagram !

Merci 🙂


Tu as ri à gorge déployée et trouvé des bons plans, mais pas de photo de moi tout nu et tu veux que ça continue ?

Abonne-toi à ma newsletter en inscrivant ton adresse email ci-dessous :

Commentaires

2 Commentaires
  1. Publié par
    Paolo
    Mar 31, 2020 Reply

    Super drôle et touchant. J’adore toujours autant ta façon de raconter !

    • Publié par
      Maxime
      Avr 1, 2020 Reply

      Moi, j’attends avec impatience ton prochain livre 🙂

      Merci, mon ami !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *