Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien louper de nos articles, vidéos, bons plans et conseils voyage !

Nouvelle-Zélande : Le parc national d’Abel Tasman

Road trip en Nouvelle-Zélande : Le parc national d’Abel Tasman, jours 15 à 18.

Voilà que notre route sur l’île du Sud touche à sa fin. Enfin pas tout à fait, on a encore quelques missions à accomplir dans le coin à commencer par ce filou d’Abel Tasman (on vous dit qui c’est plus bas) qui a carrément un parc national à son nom ! Après ça il faut encore qu’on fasse nos français en allant tester le vin du vignoble d’en face et on vous dit comment notre plan pour aller voir les baleines est tombé à l’eau.

Retrouvez notre bilan et nos vidéos de la Nouvelle-Zélande ici.

Cet itinéraire a été créé à l’aide du site Le planificateur de voyages

Les 9 Greats Walks

La Nouvelle-Zélande, c’est pas un pays pour les pantouflards. Il vaut mieux aimer la marche car il doit y avoir un départ de trek tous les 100 mètres en moyenne. Les kiwis pensent à tout et ont conçu le site du DOC (Department of Conservation) qui répertorie tous les treks du pays, qu’ils soient grands ou petits, hauts ou bas, durs ou faciles, au paprika ou à la cannelle, tout, tout, tout, vous saurez tout sur le site ! Parmi cette liste infinie de treks, il existe 9 Greats Walks (grandes randonnées) mythiques qui offrent des paysages spectaculaires. Que ce soit sur un ou plusieurs jours, en montagne, en forêt ou le long des côtes, elles peuvent permettre à vos jambes d’offrir à vos yeux les plus belles facettes de la Nouvelle-Zélande. Vous pouvez même consulter Google Maps Trek pour voir des images des parcours et arriver demain au bureau en faisant passer Jean-Yves pour un gros ringard avec ses ballades du dimanche en forêt.

En plus de tout ça, l’accès aux parcs nationaux, les parkings et sentiers de chaque trek en N-Z sont totalement gratuits (#meilleurpaysdumonde), seuls les refuges sur les treks de plusieurs jours ou le transport retour lorsque ce n’est pas une boucle sont payants.

Le parc national d’Abel Tasman

Abel Tasman, c’est le hollandais qui a découvert la Nouvelle-Zélande. Un mec assez important pour qu’on donne son nom à plein de lieux de la vie courante : Parc National d’Abel Tasman, Glacier Tasman, Tasmanie, mer de Tasman tout ça, tout ça. Il a donc aussi hérité du trek Abel Tasman Coast Track qui, comme son nom l’indique, longe la côte de Marahau jusqu’à Wainui sur 60 km. Il mélange sentiers en forêt et plages de sable doré bordées d’eau turquoise. Il peut se faire en marchant, parfois en kayak, de 3 à 5 jours ou certaines portions indépendamment des autres en se rendant à quatre points de départ différents puis en revenant à l’origine en water taxi. Ou alors il peut se faire à notre manière : Marcher la première partie de Marahau à Anchorage estimée à 4 heures (on a mis 3 heures mais le temps pourri limite le nombre de pauses photo) puis revenir en water taxi au point de départ.

Le Pukeko ou “poule sultane”, un oiseau qui aime prendre les trekkers en filature …

Abel Tasman

Abel Tasman

Le sentier est plutôt simple, il longe la côte au milieu des arbres et offre des accès et points de vue sur les plages de temps en temps. Comme il fait gris, il n’y a rien de fou à voir mais on sent qu’à la moindre éclaircie ces paysages côtiers peuvent très vite devenir intéressants.Abel Tasman

Abel Tasman

Concernant le water taxi, on vous donne un petit conseil d’ami : Payez votre ticket retour avant de partir ! On a dû attendre que tous ceux qui avaient un ticket (tout le monde sauf nous en fait) soient en place pour monter dans le bateau et à deux places près l’article s’appelait “Abel Tasman à l’Abel étoile” donc appréciez ce jeu de mot exceptionnel et faites ce qu’on dit mais pas ce qu’on fait !

Abel Tasman

Le retour dure 20 minutes et accrochez-vous car le pilote n’a pas trop de temps à perdre apparemment. On en profite pour remercier nos fidèles ponchos qui nous tiennent au sec à chaque sortie sous la pluie, on vous aime les gars ! Arrivés au débarcadère, on se dit qu’on va enlever nos chaussures pour sortir du bateau car on ne voit aucun ponton. Mais une fois de plus, Nouvelle-Zélande oblige, tout est prévu : Un tracteur amène une remorque sur laquelle le pilote pose le bateau, puis il passe aux commandes du tracteur pour nous conduire jusqu’à l’agence, la grande classe !

Du pinard mais pas de baleines …

Après une nuit dans un camping à Richmond (oui, comme la raclette), la pluie est toujours parmi nous. On passe donc la journée suivante à Nelson, une super ville où il y a beaucoup d’activités aquatiques à faire … quand il fait beau. On squatte une bonne partie de la journée à la bibliothèque (#gratteursdewifi) puis on roule jusqu’à Blenheim, ville à mi chemin entre Nelson et Kaikoura, la ville des baleines. Au réveil à Blenheim, rebelotte avec la pluie en continu donc direction : La bibliothèque. Un mot sur les bibliothèques de Nouvelle-Zélande ? Elles sont toutes belles avec des toilettes propres, un coin wifi gratuit et même des livres ! (si,si) Bref, c’est le ralliement des backpackers en manque du pays ou qui veulent recharger leurs batteries et ça aide quand il pleut.

Le soleil repointant le bout de son nez vers 13 heures, on décide de parcourir les 115 km qui nous séparent de Mobi Dick et ses copines : Kaikoura ! On a acheté nos places sur internet pour le lendemain matin à 7H15 donc on est plutôt larges au niveau du timing. On en profite pour s’arrêter sur le chemin au domaine viticole de Peter Yealand, pas moins de 1000 hectares de raisin qui pousse tranquillement entre les montagnes et l’océan Pacifique. On nous met un petit film de 8 minutes sur le savoir-faire du Monsieur dont le Sauvignon Blanc a été champion du monde en 2012, on nous propose une dégustation gratuite de cinq vins différents, tous excellents, et on finit par acheter une bouteille. Le cycle normal de la vie quoi.

On n’est pas chez Dédé le paysan du coin là !

Yealand

À ce moment-là, la serveuse nous apprend que la route qui va à Kaikoura est fermée depuis le séisme de Novembre 2016 et que le seul moyen d’y aller est de faire un détour d’environ 550 km. L’avantage de ne pas avoir beaucoup de routes c’est qu’on ne peut pas trop se perdre, mais dès qu’il y en a une qui ferme il faut faire tout le tour du pays ! On prend donc la décision d’appeler pour annuler et d’avancer notre ferry pour l’île du Nord au lendemain.

Yealand

Yealand

Avec toutes ces péripéties, on a oublié de prendre des photos du vignoble ! On doit les deux du dessus à notre ami Robin Favier, un photographe ex pvtiste de Nouvelle-Zélande.

Si vous aimez les belles photos, la belle beauté ou simplement les gens qui s’appellent Robin (Favier, Desbois, Soncrusoé etc) courrez voir ses superbes photos ! Retrouvez-les sur Facebook et Flickr.

Voilà comment notre rencontre avec les baleines est tombée à l’eau mais sera forcément remise à plus tard ! On reprend la route pour passer la nuit à Picton, puis le ferry pour Wellington le lendemain. On termine l’île du Sud en beauté par un départ en ferry au milieu des Marlborough Sounds, ces magnifiques vallées submergées.

Picton

Picton

Picton

Gaëlle quand elle apprend qu’on n’ira pas voir les baleines

Roulez sur nos traces !

1 € = 1,60 dollar néo-zélandais (NZ$)

Nos campements :

  • Richmond Motel & Holiday Park : 28 NZ$ (17,40 €) l’emplacement avec électricité pour 2. Toilettes, douches et cuisine au top. 1Go de Wifi gratuit chacun.
  • Taylor Dam Reserve à Blenheim : Gratuit, seuls les véhicules autonomes sont autorisés sous peine d’amende (200 NZ$ – 126 €). Pas d’installations.
  • Alexander’s Holiday Park à Picton : 35 NZ$ pour 2 le site alimentés. Camping tout équipé mais très propre. Situé à quelques minutes de route des départs en ferry pour l’île du Nord.

Water taxi Anchorage – Marahau : 35 NZ$/p (21,70 €). Il vaut mieux acheter son billet et vérifier les horaires avant de partir.

Pour tout savoir sur les sentiers et randonnées possibles, avec toutes les infos et itinéraires différents : Rendez-vous sur le site du DOC (Department of Conservation).

Pour connaître tous les campings et services disponibles dans chaque région, ville, route de Nouvelle-Zélande : Téléchargez l’application Campermate (cartes téléchargeables pour une utilisation hors-ligne).

Toutes nos photos sont sur Facebook.

Retrouvez notre bilan et nos vidéos de la Nouvelle-Zélande ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Universlemonde Universlemonde
Menu